samedi 31 décembre 2016

PAS DE TREVE DES CONFISEURS AU CIMETIERE DU VIL

Nous avons constaté avec tristesse, deux jours avant Noël, que vingt-cinq nouvelles tombes avaient été enlevées sans soin ; des plaques gravées, des crucifix ont été abandonnés sur le gazon ou sur des tombes voisines.

 

Une tombe dont la concession n’était pas échue a été endommagée, croix déposée, entourage déplacé.
 
Parmi elles, la tombe Creignou-Foustoul où était inhumé Alain Foustoul, fils d’Alain et de Françoise Cabioch, né le 4/04/1893 à Roskogoz, soldat au 48e Régiment d’infanterie, mort à la suite de blessures de guerre le 25 septembre 1914 à l’hôpital militaire de Poitiers. Son corps est revenu par convoi le 20 décembre 1921 et a été inhumé dans le quatrième carré à gauche, onzième tombe du quatrième rang avec une concession perpétuelle accordée. Etait également gravé sur la stèle de granite le nom de son frère André, né le 10 novembre 1895, disparu au combat du Bois Bolante dans la Meuse le 13 juillet 1915.
Lors de la visite guidée du 21 septembre 2014, nous nous étions arrêtés auprès de toutes les tombes où étaient inhumés, ou tout au moins évoqués, les Morts pour la France.
Lors des rencontres avec les représentants de la municipalité, depuis deux ans, nous avons régulièrement défendu ces tombes. En effet, la concession perpétuelle est accordée aux Morts pour la France, à titre personnel et non familial, il est vrai.
Mais à partir des années 50, le cimetière étant plein, les familles ont été autorisées à enterrer des membres de leur famille dans les concessions perpétuelles de leurs Morts pour la France, sans avoir à payer de concessions et elles se croyaient donc en règle.

L’adjoint à l’Administration générale, que nous avons rencontré lors de sa permanence le jeudi 15 décembre, nous avait assuré que cette tombe ne serait pas enlevée.
Il a sauvé in extremis (mais pour combien de temps) la sépulture de Georges Teissier, zoologiste de renom, résistant, successeur de Frédéric Joliot-Curie comme directeur du CNRS de 1946 à 1950, directeur de la Station biologique de Roscoff de 1945 à 1970.
Roscoff, petite cité de caractère
ou cité de petit caractère, oublieuse de ceux qui ont fait son histoire ?
 
 
 

mardi 8 novembre 2016

VISITE DU 30 OCTOBRE 2016 : QUELQUES RENDEZ-VOUS AVEC L'HISTOIRE ROSCOVITE








25 personnes ont suivi la visite guidée proposée par notre association, le 30 octobre par un beau soleil automnal. 
Après un rapide historique du cimetière créé après l’épidémie de choléra de 1832, Dany Guillou-Beuzit a attiré l’attention sur les monuments érigés par souscription et par financement public. 





Le plus ancien était un calvaire, béni le 8 mai 1834, payé par la paroisse (photo), il reste le christ en châtaignier dans le bas-côté de l’église Notre-Dame de Croas-Batz et le soubassement sur lequel a été érigé le calvaire en granit de 1951 grâce à un emprunt municipal de 20 ans. 



Le monument aux morts du marbrier Donnart de Landerneau avec les bronzes de Quillivic a été inauguré le 12 juin 1921, grâce aux dons mais aussi par un emprunt souscrit par la municipalité sur 30 ans. 

 

Le monument commé-moratif du naufrage de l’Hilda, inauguré en avril 1906 avec sa pyramide posée sur pattes de lion, a été érigé grâce à des dons mais nous ne connaissons pas le montant de la facture ; les concessions perpétuelles des sept tombes de marchands d’oignons roscovites dont les corps ont été retrouvés sur les plages de Saint-Malo, Saint-Cast, Paramé, après le naufrage, ont été payées pour moitié, soit 1050 francs, par la compagnie London and South western Railway Company.



Le groupe s’est ensuite approché du monument élevé en l’honneur de l’abbé Cohanec, grâce à une souscription lancée par le notaire Jacques Quentel et le docteur Sagot, de Lannilis. Les anciens élèves du collège de Lesneven, les paroissiens de Landéda, tous ses amis ayant été de généreux donateurs,le comité avait pu faire appel à Yan Larhantec pour sculpter le buste en marbre blanc et la tombale de cet abbé né à Roscoff en 1821. 





  
Le monument en l’honneur de Charles Marty a permis d’évoquer les débuts de la station biologique. 
Ce garçon de laboratoire puis gardien était si apprécié du directeur Lacaze-Duthiers que celui-ci a donné son nom à une espèce de bryozoaire récoltée en 1876-77, la Lepralia Martyi et les chercheurs français et étrangers ont souscrits pour la rocaille qui porte un médaillon de bronze signé G. Quido, avec le profil du défunt et une plaque de bronze avec épitaphe





La visite s’est terminée près de la tombe du néo-zélandais Franck William Sout, co-pilote d’un avion de type Liberator, abattu au nord de l’île de Batz le 18 juin 1944. 
 Une personne parmi les visiteurs A évoqué ses souvenirs de l’avion abattu pendant qu’elle suivait la procession du Sacré-cœur, elle se souvenait aussi d’avoir vu le char portant la dépouille du co-pilote, le long de la rue Albert-de-Mun pour se rendre à la chapelle Saint-Nicolas.





vendredi 21 octobre 2016

Quelques informations sur le cimetière du Vil



Nous avons constaté que les informations sur les panneaux à l’entrée du cimetière ont été actualisées courant octobre, ce que nous avions réclamé.  

Un plan très proche de celui que nous avons réalisé et fourni à la municipalité renseigne sur l’emplacement des tombes ; une photo aérienne permet de mieux visualiser les différents carrés. Nous avons réclamé que les carrés soient matérialisés. 
 La liste des concessions échues est à jour (voir photos en annexe). Chacun peut contacter les familles concernées en espérant qu’elles les renouvellent. Nous aurons à cœur de défendre certaines tombes en déshérence que nous jugeons d’intérêt historique et patrimonial.

 Les services techniques ont commencé à enherber le cimetière (carrés G). Cela se voit très peu encore (photo carré 5G). Les espaces à semer ont été tracés dans tout le cimetière (photo carré 1D) ; le passage entre chaque rang est ratissé, non enherbé. Le cimetière est actuellement très propre, ce n’était pas le cas en septembre et nous étions intervenus.





La prochaine visite aura lieu (si la météo le permet)
Dimanche 30 octobre 2016 à 15 h. Rendez-vous à l’entrée du cimetière. 
 Dany GUILLOU évoquera :



« Le cimetière du Vil, les monuments érigés
par souscription ou par financement public."




samedi 17 septembre 2016

AU REVOIR, RENAUD




« Il faut le réparer, il faut le ré-installer, le restaurer.
Ils ne se rendent pas compte
 qu’ils ont quelque chose d’unique au monde. »

Parlant du cimetière marin du Vil, c’est en ces termes que s’exprimait Renaud d’Herbais en 2013.

C’est avec tristesse et émotion que les membres du conseil d’administration ont appris son brusque décès, lundi 12 septembre 2016.

Avec quelques Roscovites, il a été en 2010, à l’origine de la création de l’Association Cimetière du Vil et en était un membre convaincu, à la parole forte. 

Renaud avait rejoint notre conseil d’administration fin juillet, nous apportant son énergie et sa détermination.





lundi 29 août 2016

Forum des Associations


Notre association sera présente
 au Forum des Associations

Espace Mathurin Méheut à Roscoff
(accès par le parking de la gare)

Samedi 3 septembre 2016
de 10 h à 13 h






jeudi 18 août 2016

CIMETIERE DU VIL : Les pierres ont un passé


Jeudi 11 août, une trentaine de visiteurs ont suivi avec beaucoup d'intérêt, la visite sur la création du cimetière du Vil en 1833 et ses tombes les plus anciennes, dans la période allant de 1834 à 1914.

A l'aide d'un plan d'archives, les personnes qui se sont montrées très curieuses, ont pu découvrir les diverses phases de son agrandissement jusqu'à nos jours et son organisation interne actuelle en neuf carrés.


Le cheminement à travers les carrés, à la découverte d'une dizaine de monuments antérieurs à 1914, a été ponctué d'informations sur les personnes inhumées. Estelle Champeau, dont les travaux sur le monde des Johnnies, s'appuient sur les documents dispersés outre-Manche et en Bretagne, a complété les explications de Dany Guillou-Beuzit sur la vie du Dr. Denis et celles des naufragés du Hilda.

Le public a pu découvrir aussi la manière dont les matériaux utilisés et le style des monuments demeurent des miroirs précieux de leur époque et de l'histoire roscovite.



 

(© Le Télégramme)



jeudi 4 août 2016

Jeudi 11 août 2016 à 17 h 30 : Visite guidée du cimetière du Vil


 
Dany GUILLOU-BEUZIT animera la prochaine visite guidée, sur le thème :
La création du cimetière du Vil et ses tombes les plus anciennes
(1834-1914) 
Rendez-vous à l'entrée du cimetière, rue Edouard Corbière. Gratuit



ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2016: quelques informations

L’assemblée générale ordinaire de l’Association Cimetière du Vil s’est tenue le vendredi 29 juillet 2016, 42 des 112 adhérents étaient présents ou représentés.
L’action du conseil d’administration a porté sur l’inventaire des tombes et la réalisation d’un plan précis du cimetière. La version informatique du plan a été remise à la mairie le 12 mai 2016. Il reste 284 concessionnaires au cimetière du Vil et 300 monuments.
 
Trois visites ont été animées par Dany Guillou-Beuzit  sur le thème des « Marins et Naufragés », « Monuments insolites » et « L’histoire du cimetière du Vil, son évolution et une de ses particularités, le carré des enfants ».
 
Les membres du conseil sont restés attentifs à l’entretien du lieu. Une réunion en mairie le 12 février a permis de découvrir le projet municipal de transformer le cimetière du Vil dans le futur en parc paysager et le plan conçu par le jardinier paysagiste de la ville, réalisable à court terme et à moindre coût, avec surfaces enherbées et arbustes.
 
La Présidente a répercuté le 12 mai les réactions des administrateurs et réaffirmé que ce lieu devait rester un cimetière. Elle a redemandé qu’un plan soit affiché à l’entrée, que les carrés soient matérialisés pour un meilleur repérage et qu’une signalétique soit installée place Lacaze Duthiers.
 
Les travaux lancés début mars au cimetière du Vil ont révélé des différences d’appréciation au sein du conseil et six administrateurs ont démissionné en mai- juin. Le rapport moral a donc été voté à la majorité et non à l’unanimité. En revanche, l’assemblée a approuvé sans réserve le bilan financier (l’association fonctionne sans subvention grâce aux adhésions et aux dons).
 
Sept candidats ont été élus à l’unanimité : Michèle Cartier, Angélina Cattois, Françoise Creac’h-Tallin, Dany Guillou-Beuzit, Marie-Renée Jung, Jean-Pierre Cartier et Renaud d’Herbais. Le cimetière du Vil peut, à leur avis, évoluer mais doit rester cimetière. La réouverture à l’inhumation reste l’objectif principal.
 
Les projets pour 2016-2017 se portent toujours sur la surveillance des tombes et l’incitation à renouveler les concessions arrivant à échéance. L’association continuera d’organiser des visites guidées. La prochaine aura lieu jeudi 11 août à 17h30, sur le thème : « La création du cimetière du Vil et ses tombes les plus anciennes (1834-1914) ».
Une exposition est prévue courant 2017.

Le blog réactualisé est consultable sur http://cimetiereduvil.blogspot.com

L’association sera présente le 3 septembre au Forum des Associations de 10 h à 13 h.

 

mercredi 13 juillet 2016

Assemblées générales Extraordinaire et Ordinaire de l'Association


L'association CIMETIERE DU VIL
 
tiendra son Assemblée Générale Ordinaire
 
Vendredi 29 juillet 2015 à 17 h 45
 
Espace Mathurin Meheut, Salle Rannic à Roscoff.



Elle sera précédée d'une

Assemblée Générale Extraordinaire à 17 h 30

pour voter la modification de l'article 1 des statuts,

 relatif à l'adresse du siège social de l'association.


La salle sera ouverte dès 17 h
pour vérification du quorum et renouvellement des cotisations.
 
 

mardi 21 juin 2016

En sommeil mais en Résistance !

Carte postale ancienne
  
Photo 19 juin 2016
 
 
Le cimetière sur la photo aérienne du 19 juin 2016 a l'air bien vide.
 
A ce jour pourtant, il reste 284 concessionnaires et 300 monuments.
 
 



mercredi 8 juin 2016

Visites du cimetière du Vil, en juin

Le cimetière du Vil attire les visiteurs. Certains nous disent  qu’ils visitent les cimetières de toutes les villes ou villages où ils séjournent, ils demandent parfois si un homme ou une femme célèbre y est inhumé.

Ainsi Gilles et Marie Claude DELETANG ont découvert par hasard le cimetière du Vil, non fléché en centre ville, lors de la présence d’un membre du bureau. Ils ont évoqué, lors de la visite guidée impromptue qui s’en est suivie, leurs découvertes des cimetières du monde et nous ont adressé par messagerie le lien suivant du site qu’ils consacrent aux cimetières :

Le cimetière est un lieu privilégié pour découvrir l’histoire locale, pour peu qu’un guide vous y aide.

Jeudi 2 juin, douze adhérents de Racines et patrimoine de Guilers, venus visiter Roscoff, ont souhaité se rendre en fin d’après-midi au cimetière du Vil. Ils préparent actuellement un ouvrage sur « Les Guilériens et la guerre 14-18 » et ont observé avec attention les bronzes de Quillivic sur le monument aux Morts.




Dimanche 5 juin, l'association franco-britannique Hilda-Hilda's Voices accueillait Pénélope Jane Powel, venue de Cornouailles avec son mari. Le naufrage du steamer HILDA devant Saint-Malo dans la nuit du 18 au 19 novembre 1905 fit au moins 125 victimes, dont l'arrière-grand-père de Pénélope Jane Powel, Frederick Flower ainsi son frère William, tous les deux membres de l'équipage. 80 marchands d'oignons (le terme de Johnnies n'était pas encore en usage) ou plus, avaient embarqué à Southampton, après leur saison de colportage. 5 seulement en réchappèrent dont le Roscovite Olivier Caroff.
 
Après une visite au cimetière de Cléder,  la descendante du naufragé anglais est venue se recueillir auprès des tombes des sept marchands d’oignons roscovites dont les corps ont été retrouvés et du monument commémoratif. Est également venue Andrée Calarnou, 80 ans, petite-fille et nièce de naufragés, dont l’arrière-grand-mère était morte d’une crise cardiaque en apprenant la nouvelle de tant de morts de la compagnie Calarnou.


 
Nous constatons malheureusement le manque d’entretien des parties communes. En mars des caveaux vides ont été remplis de terre mais avec la terre sont arrivées des herbes folles, pour ne pas dire des mauvaises herbes, qui prolifèrent.
Par respect pour le millier de morts qui y reposent encore,
 par respect pour nos visiteurs,
le  cimetière du Vil mérite d’être mieux entretenu !