jeudi 8 novembre 2012

A quand les menottes ? Sommes-nous des délinquants ?


Communiqué

de l’Association du Cimetière du Vil à Roscoff

À QUAND LES MENOTTES  ? SOMMES-NOUS DES DÉLINQUANTS ?

Notre association avait prévu le jeudi 8 novembre une opération de nettoyage au Cimetière du Vil.
Par erreur de notre part, le message adressé à la presse indiquait "nettoyage du Cimetière" au lieu de "nettoyage de tombes du cimetière". 

Un arrêté municipal n° 66/12 est parvenu à l'association via la police municipale ce mercredi 7 novembre à 18 h interdisant cette opération et  chargeant "Monsieur le Commandant de Brigade de Gendarmerie de Saint Pol de Léon et Monsieur le Responsable de la Police Municipale de Roscoff de l'exécution du présent arrêté." 



Voulant éviter toute provocation, l'opération a été annulée et un rectificatif a été immédiatement transmis aux journaux locaux pour diffusion dès le 8 novembre précisant  que"l'objectif de cette opération n'était pas un entretien des parties communes lequel a bien été réalisé en octobre par la municipalité mais un "entretien courant" de sépultures (démoussage, dépoussiérage) comme le permet la législation funéraire"
.



*****************************************

Réponse du Président de l'Association
à Monsieur le Maire


Monsieur le Maire de Roscoff

Roscoff, le 8 novembre 2012


Monsieur le Maire,

Le 7 novembre 2012, vous avez pris une arrêté municipal n° 066/12, à la suite de la parution d’un article de presse annonçant une opération de nettoyage au Cimetière du Vil par notre association.

Par erreur de notre part, le message adressé à la presse indiquait « nettoyage de cimetière » au lieu de « nettoyage de tombes du cimetière ». Le document joint à ce message fait preuve de notre intention.

Nous sommes étonnés d’avoir été informés, par la police municipale, de l’arrêté que vous avez pris le 7 novembre. Nous pensions qu’à la suite du Forum des Associations et de sa réunion de synthèse, de bonnes relations existaient entre la municipalité et les associations et nous estimons qu’un appel téléphonique aurait pu arranger bien des choses sans faire appel aux forces de l’ordre.

Nous vous confirmons que l’opération prévue consistait en « un entretien courant de sépultures », ceci ne « nécessitant pas d’autorisations du maire et pouvant être effectué tant par les héritiers du fondateur que par des tiers ».

Enfin, vous avez pris un arrêté en considérant, entre autres, qu’il « convient d’assurer la sécurité des visiteurs, compte tenu du danger présenté par certaines tombes ». Comment se fait-il que, dans le même temps, vous invitiez la population dimanche prochain à commémorer le 11 novembre dans ce même lieu ?

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, nos salutations.

Jacques PEDEN
Président

PJ : le document qui était joint au message adressé aux correspondants de presse

Copies : Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux


****************************

Cimetière du Vil : une idée mal exprimée provoque un arrêté - Roscoff

Inhumations interdites
Depuis décembre 2009 et la décision municipale d'interdire les inhumations dans le cimetière du Vil, les recours d'associations et de particuliers opposants, et un jugement rendu par le tribunal administratif de Rennes, on pensait la hache de guerre enterrée entre les parties. Il a suffi qu'une idée du président de l'association de défense du cimetière du Vil soit mal exprimée pour que les braises du conflit se ravivent.
Nettoyage du cimetière du Vil
Par courriel, durant le week-end, Jacques Peden avait donné « rendez-vous aux adhérents pour un nettoyage du cimetière du Vil, hier, à 14 h ». Dans son esprit, il s'agissait de l'entretien de tombes remarquables que l'association de défense entend mettre en valeur, comme en septembre dernier, lors des journées du patrimoine. Nullement du nettoyage du cimetière proprement dit, à la charge de la commune, et qui a fait l'objet, à l'occasion de la Toussaint, de tous les soins appropriés.
Arrêté municipal
La mairie ayant eu connaissance de cette « opération de nettoyage » a pris un arrêté municipal, le 7 novembre, précisant ses prérogatives. Affiché au cimetière, il contient trois articles. Parmi les six arguments qui ont conduit la municipalité à prendre l'arrêté 066/12, on peut lire, en cinquième lieu, « considèrent qu'il convient d'assurer la sécurité des visiteurs, compte tenu du danger présenté par certaines tombes », il est arrêté - article 1- « L'opération de nettoyage organisée le jeudi 8 novembre, à 14 h, par l'association de défense du cimetière du Vil est interdite. » Et laisse aux forces de gendarmerie et de police municipale, toute latitude pour son exécution.
Amende honorable
L'incompréhension d'un souhait de bien faire, mal édicté, s'est transformée en couperet municipal. Le président fait amende honorable sur cette mauvaise communication d'une idée louable, et sait désormais qu'en mairie, l'accès au cimetière du Vil relève de l'autorité.
Extrapolation
Et par extrapolation, on peut conclure que l'accès au cimetière ne serait pas dangereux, le 11 novembre, jour de commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale dont les cérémonies sont prévues devant le monument aux morts.

Photo de l'article de l'Ouest-France

Cliquer sur l'article de presse pour l'agrandir

***********************
Version imprimable de ce courrier



2 commentaires:

  1. Je prépare des oranges et quelques friandises que je te ferais passer si je ne peux me déplacer à la prison de Roscoff!!! Mais je pense aussi à ta santé morale et je t'enverrai notre diacre qui est aumônier de la prison de Rochefort, mais autrement je n'en parle à personne : j'ai ma fierté! Si l'on savait que je fréquente des repris de justice mon image serait ternie!!! Enfin je me console pour toi et tes amis heureusement que la peine de mort a été abolie car je ne donnerai pas chère de ...votre tête! Seul petit problème..... où vous aurait on enterré : peut être le corps au cimetière du Vil et la tête dans le cimetière "officiel"!!!
    Allez tant que je le peux avant que tu sois internée je te fais de gros bisous!
    Michel

    RépondreSupprimer
  2. Je conseillerai Roscoff aux touristes pour sa sécurité. Une ville, dont les services de police sont chargés de s'occuper des excès de quelques sexagénaires et septuagénaires en mal de propreté de quelques tombes abandonnées, est une ville sûre ...

    RépondreSupprimer