mercredi 22 décembre 2010

France Culture "sur les docks" consacrée au cimetière du vil à Roscoff




 
55 minutes

"Roscoff, un cimetière dans la tempête" 8

22.12.2010 - 17:00

Un documentaire de Jean Kergrist et Guillaume Baldy



une roscoff J. KERGRIST©RADIO FRANCE
La fermeture du vieux cimetière marin du Vil à Roscoff (29), décidée par un vote à très courte majorité du conseil municipal, fin 2009, a donné lieu à une levée de bouclier.
Selon Joseph Seïté, le maire, l’ancien cimetière présentait un danger aux abords de certaines tombes en raison de leur vétusté et de leur état d’abandon. Le maire souhaiterait que cet espace soit destiné à accueillir un jardin public, en gardant le monument aux morts, le calvaire et, éventuellement quelques tombes remarquables.
Pour contrer cette décision une association "Cimetière du vil" s'est aussitôt constituée sous l'impulsion de Dany Guillou, universitaire retraitée. Forte aujourd’hui d’une centaine d’adhérents, elle est présidée par un vieux capitaine de marine, Monsieur Lot. Elle organise des permanences et fait signer des pétitions : et si le cimetière était appelé, en réalité, à devenir un vulgaire parking ? Le Tribunal Administratif de Rennes a été saisi. L’affaire est toujours en cours, même si un premier jugement, en date du 14 octobre 2010, semble donner avantage à la municipalité.
De manière plus générale, le patrimoine que constitue l'ensemble des tombes d'un cimetière, qu'il s'agisse des monuments eux-mêmes ou des objets (croix, grilles, plaques, statues...) qui les ornent, n'intéresse pas seulement les proches des défunts.
Ces tombes n'appartiennent pas seulement aux familles. Elles n'appartiennent pas, non plus, aux mairies. Elles émargent au patrimoine commun.

Avec :
Pierre Cuzon, historien local, qui a recensé toutes les familles de Roscoff liées au cimetière du Vil (marins naufragés, résistants, aristocrates, aventuriers, « Johnnies de Roscoff »…) et qui nous en commente la visite ;
Renaud d’Herbais, 70 ans, châtelain de Kerestat, ancien officier de la Marchande, dont toute la famille est enterrée dans ce cimetière ;
Robert Bellé, chercheur de la station biologique marine de Roscoff, dont la fenêtre du labo donne sur le cimetière.

Production : Jean Kergrist
Réalisation : Guillaume Baldy

Association de défense Cimetière du Vil - Roscoff

Les célébrités et Roscoff, dans Roscoff Quotidien

samedi 11 décembre 2010

France-Culture à Roscoff

       


</P>

Depuis le 18 décembre 2009, date d'une délibération du conseil municipal relative à l'interdiction d'inhumer dans le cimetière du Vil, les articles et émissions se sont multipliés sur le sujet, avec leur vérité et répliques, les recours en justice et les attendus et conclusions. 

Dernièrement, une équipe de France-Culture est venue enregistrer une page pour son émission Sur les docks. Elle a rencontré Gérard Lot, président de l'association Cimetière du Vil. 


Mercredi 22 décembre
de 17 à 18 heures sur France Culture


Accueil

Emission Sur les docks

Sur les docks

Syndiquer le contenu
du lundi au vendredi de 17h à 17h55


Un documentaire de Jean Kergrist et Guillaume Baldy


La fermeture du vieux cimetière marin du Vil à Roscoff (29), décidée par un vote à très courte majorité du conseil municipal, fin 2009, a donné lieu à une levée de bouclier.



***
***

vendredi 10 décembre 2010

Cimetière du Vil - Situation actuelle


L’Association Cimetière du Vil s’est constituée à la suite de la délibération du Conseil Municipal du 18 décembre 2009, engageant la procédure de fermeture du vieux cimetière. Son but, entre autres, est de maintenir le vieux cimetière en centre ville et permettre à ceux qui le souhaitent d’y être enterrés, en pleine terre ou en caveau.

Suite aux actions engagées auprès du Tribunal Administratif de Rennes par diverses parties, l’Association Cimetière du Vil prend acte du jugement stipulant que la délibération du 18 décembre 2009 n’est pas annulée.

Mais le tribunal rappelle la loi en cas de translation de cimetière ; il ressort des considérations que :

Ø      La délibération du 18/12/09 n’a pour seul effet que d’interdire à l’avenir toute inhumation en pleine terre dans le vieux cimetière, ce que la municipalité interdisait déjà aux Roscovites depuis 30 ans de façon tout à fait arbitraire

Ø      Les inhumations en caveaux restent un droit (code général des collectivités territoriales L 2223-6)

Ø      L’affectation du terrain en jardin public proposée en 2009 par la municipalité, ou l’aliénation qu’il ne faut pas exclure,  ne peut se faire qu’à l’issue de la procédure de fermeture (dix ans après la dernière inhumation).

Une courte majorité (quatorze élus sur 26) a choisi d’engager la procédure de fermeture. Les Roscovites n’ont pas été consultés. Il n’y aurait aucun déshonneur, bien au contraire, à revenir sur une décision prise hâtivement si, après concertation, il s’avère qu’un premier choix n’avait pas pris en compte les aspects affectifs, historiques, esthétiques et économiques d’une translation (éventuelle extension de Kernenguy, coût des transferts).

Dès aujourd’hui, il est indispensable que la population connaisse ses droits et ses devoirs. C’est pourquoi nous demandons l’établissement d’un règlement intérieur propre à ce lieu à situation juridique spécifique. L’Association souhaite faire un suivi des mouvements divers dans le cimetière (déplacement des tombes à la demande des familles, vétusté ou abandon constaté) et veillera à ce que le code soit respecté.   


Recommandations aux familles qui ont des concessions
dans les cimetières de Roscoff (Vil ou Kernenguy)

  • En cas de concessions à perpétuité, il est recommandé aux familles de faire preuve de leurs droits toutes les trois générations. En l’absence d’entretien, la commune ne peut reprendre la concession qu’après constatation d’abandon et après avoir respecté un délai d’au moins trente ans.
  •  Concessions temporaires : Munissez-vous des documents en votre possession. Vérifiez de  quel type de concession il s’agit : tombe ou caveau, durée, concession de famille ou individuelle (Attention souvent la concession est au nom du défunt pour lequel la concession a été ouverte). 

  • Adressez-vous aux services municipaux qui gèrent ces questions, afin de vérifier si toutes les informations correspondent et pour mettre à jour les noms et les adresses des concessionnaires et de leurs successeurs. Des erreurs ont été relevées par des familles, d’où l’intérêt de s’en préoccuper. 
  • Demandez une attestation de concession si vous n’en avez pas. 
  • Il est recommandé de déclarer chez le notaire les concessions lors de succession.



Blog de l’association : http://cimetiereduvil.blogspot.com/
Adresse :12 rue Général Le Flô – 29680 Roscoff
Tel : 02 98 69 71 10

    jeudi 2 décembre 2010

    Le cimetière du Vil sur France Culture, le 22 décembre 2010



    Jean Kergrist, producteur délégué à France Culture, a contacté l'association " Cimetière du Vil", voici quatre ou cinq semaines.

    Il avait pris connaissance de l'existence du  cimetière du Vil à Roscoff, à la lecture des articles de presse depuis ces derniers mois.

    Il aime l'histoire et apprécie d'aborder cette histoire au travers de la vie des gens.

    Il lui a paru intéressant de découvrir Roscoff et son histoire en circulant dans les allées du cimetière du Vil où les tombes "racontent" la vie à Roscoff depuis près de deux siècles.

    Hier, mardi 30 novembre 2010,  Jean Kergrist, et Guillaume Baldy, réalisateur et exceptionnellement preneur de son, ont rencontré :

    - le Maire de Roscoff 
    et 
    - quatre membres de l'association "Cimetière du Vil".

    Il est rentré chez lui, avec sa moisson d'informations.

    Il doit maintenant à partir de cette récolte, composer son émission 
    qui sera diffusée le :

    dans le cadre de l'émission "Sur les docks".
    L'émission restera accessible sur le site internet de France Culture dès le lendemain de sa diffusion ( pendant huit jours après sa diffusion).

    Jean Kergrist et Guillaume Baldy, réalisateur.


    Le rendez-vous quotidien du documentaire sur France Culture, diffusé du lundi au vendredi de 17 à 18 heures.
    L'émission tente d'analyser la réalité contemporaine en traitant aussi bien les grands faits de société de notre époque, la vie quotidienne dans notre pays, évoquant, aussi, certaines problématiques institutionnelles, politiques et internationales.
    Comment rendre compte du réel et capter sa multiplicité d'une façon vivante et diversifiée ? 

    Sur les Docks, coordonnés par Jean Lebrun, Irène Omélianenko et Alexandre Héraud, essaie de dégager des composantes et caractéristiques du réel avec des cycles thématiques de quatre ou cinq émissions sur un sujet déterminé, ainsi que des collections comme par exemple celle intitulée Passeurs de Réel qui croise les chemins de documentaristes de la radio, du cinéma et de la télévision.

    mardi 9 novembre 2010

    11 novembre - Journée du souvenir

    C'est l'occasion de consulter cette carte qui donne une information individuelle pour chacun des roscovites dont le nom est inscrit sur le Mémorial du cimetière du Vil.
    Pendant la Guerre 1914 / 1918, 158 roscovites sont décédés soit au combat, soit de suites de blessures ou de maladies.
    Cela représente, sur toute la durée du conflit, une moyenne d'environ 4 morts par mois pour la commune de Roscoff. 
    Il est difficile aujourd'hui d'imaginer la violence de cette guerre.



    Afficher
    Mémorial - Cimetière du Vil - Roscoff 

    en plein écran


    Photos du Mémorial










    vendredi 5 novembre 2010

    Communiqués de l'A.S.S.R. dans la presse locale, le 5 novembre 2010


    Le Télégramme - ROSCOFF -5 novembre 2010

    Cimetière du Vil. - Précisions de l'ASSR

    L'Association de sauvegarde des sites de Roscoff (ASSR), à la suite du jugement prononcé par le tribunal administratif de Rennes du 14 octobre 2010, nous a adressé le texte suivant:
    «Le conseil d'administration de l'ASSR s'est réuni, le 2 novembre, sous la présidence de Pierre-Marie Guastavino, afin d'examiner le jugement prononcé le 14 octobre 2010 par le tribunal administratif de Rennes au sujet de la demande d'annulation de la décision prise le 18décembre 2009 par le conseil municipal de Roscoff afférente au cimetière du Vil. Il relève avec intérêt que les juges rappellent à tous que les inhumations y sont toujours possibles contrairement à ce qu'il a été laissé croire jusqu'alors.

    En l'espèce, dans les caveaux de famille à concurrence des places disponibles. Ce qui signifie que toute interdiction directe ou indirecte d'inhumation n'aurait aucune base légale et serait donc arbitraire. Ce droit ne deviendrait caduc que si le sol était, dans l'avenir, affecté à un autre usage après qu'il fut reconnu - ce qui n'est pas le cas à ce jour - d'utilité publique.

    En revanche, il déplore qu'une évidence n'a pas été reconnue: le cimetière maritime du Vil constitue dans sa globalité un monument remarquable digne d'être, en cette qualité, préservé. Il constitue, en effet, un ensemble identitaire de la ville de Roscoff que chacun devrait avoir pour souci de maintenir. Et au-delà par respect et en hommage pour tous ceux qui y sont inhumés et qui ont contribué par leur intelligence et leur travail à faire de Roscoff une cité de caractère.

    L'ASSR continuera à œuvrer pour que cette qualité de Cité de caractère ne soit pas retirée à Roscoff». 

    Ouest-France – Roscoff – 5 novembre 2010
    Fermeture du cimetière du Vil :
    Sauvegarde des sites réagit
    L'association de Sauvegarde des sites de Roscoff (ASSR) s'est réunie sous la présidence de Pierre-Marie Guastavino, qui a examiné le jugement prononcé le 14 octobre par le tribunal administratif de Rennes, au sujet de la demande d'annulation de la décision prise le 18 décembre 2009 par le conseil municipal de Roscoff, par rapport au cimetière du Vil. Le conseil d'administration « relève avec intérêt que les juges rap­pellent à tous que les inhumations y sont toujours possibles, contrairement à ce qu'il a été laissé croire jusqu'alors. En l'espèce, dans les caveaux de famille à concurrence des places disponibles. »
    Et de continuer : « Ce qui signifie que toute interdiction directe ou indirecte d'inhumation n'aurait au­cune base légale et serait donc arbitraire. Ce droit ne deviendrait caduc que si le sol était, dans l'avenir, affecté à un autre usage après qu'il fut reconnu - ce qui n'est pas le cas à ce jour - d'utilité publique. »
    En revanche, l'association « déplore qu'une évidence n'ait pas été reconnue : le cimetière maritime du Vil constitue dans sa globalité un monument remarquable digne d'être, en cette qualité, préservé. » ,l constitue « un ensemble identitaire de la ville de Roscoff que chacun devrait avoir pour souci de maintenir. Et au-delà, par respect et en hommage pour tous ceux qui y sont inhumés et qui ont contribué par leur intelligence et leur travail à faire de Roscoff une cité de carac­tère. »
    Et de conclure : « L'ASSR continuera à œuvrer pour que cette qua­lité de cité de caractère ne soit pas, à cause d'actions inopportunes, retirée à Roscoff. »

    jeudi 4 novembre 2010

    Article de presse - Ouest-France du 2 novembre 2010

    Ouest-France - Roscoff

    Toussaint : le cimetière du Vil peu fleuri -

    mardi 02 novembre 2010




    Alors que le cimetière du Vil a été sous le feu des projecteurs longuement et souvent depuis le 19 décembre 2009, date de la délibération municipale visant à fermer le lieu aux inhumations, jusqu'au dernier compte-rendu de l'audience du tribunal administratif de Rennes, pour le premier novembre, seules les familles ayant des défunts dans les lieux semblaient être passées.

    Le fleurissement de quelques tombes seulement, hier matin, rappelait une date de recueillement pourtant très fédératrice, au milieu d'un cimetière quasi-désert.

    Pourtant, la mobilisation des opposants à la fermeture du cimetière du Vil n'est pas retombée, avec une possibilité d'appel, avant le 14 décembre, des décisions du tribunal rennais.

    Version imprimable ( pdf)

    mercredi 3 novembre 2010

    Imaginons ce qu'il est possible de faire ?

    Article d'un journal canadien :


    Pourquoi pas une visite guidée du cimetière avec votre iPhone?
    MARTINE TURENNE . Les Affaires . 01-11-2010 (modifié le 01-11-2010 à 16:17)
    Un nombre croissant de cimetières proposent des visites guidées sur iPhone et autres technologies mobiles.
    Ce sont des endroits paisibles, souvent verdoyants, qui regorgent d'oeuvres d'art et de magnifiques aménagements paysagers... Pourtant, les cimetières n'attirent pas les foules, en tout cas pas nécessairement pour leur valeur culturelle. Sont-ils mal-aimés ? À tout le moins méconnus, répond Siham Jamaa, analyste au Réseau de veille en tourisme de la Chaire de tourisme Transat, à l'UQAM, qui vient de publier une recension sur le sujet.
    voir  : Article complet 


    Avez-vous des suggestions à proposer pour donner à ces lieux un intérêt pour la collectivité, pas seulement pour les familles ou amis directement concernés ?


    Voir ce lien "La route des cimetières en Europe "

    jeudi 14 octobre 2010

    "Le Parisien" 14 octobre 2010 - Bataille judiciaire pour le cimetière marin de Roscoff




    DE NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE - ROSCOFF (FINISTÈRE)
    Abattu, je me relève. ». La devise familiale résume l'homme.

    Renaud d'Herbais, 70 ans, sort de l'hôpital. Une embolie pulmonaire a failli l'envoyer à la tombe.
    « Raté ! » s'amuse-t-il. Au cimetière, Renaud d'Herbais préfère s'y rendre vivant.

    Depuis l'hiver dernier, il en sillonne régulièrement les allées sablonneuses, et pas uniquement pour se recueillir sur la tombe des siens. Le vieux cimetière marin de Roscoff est l'enjeu d'un combat qui sera tranché en première instance aujourd'hui, devant le tribunal administratif de Rennes (Ille-et-Vilaine).

    Le 22 décembre 2009, le conseil municipal se prononce, à 14 voix contre 12, favorable à la désaffection de son vieux cimetière main, dit le Vil, ce qui signifie « la pointe ». Non pas, le jure la mairie, pour le transformer en parking ou vendre le terrain à des promoteurs avides de sa vue sur I'île de Batz. Mais avec ses vieilles tombes plus ou moins entretenues, dont certaines croix ont pris au fil des ans des allures de tour de Pise, la déambulation y serait aujourd'hui devenue « dangereuse ».


    Certains caveaux déjà déplacés

    Depuis 1978, date à laquelle la municipalité a implanté un nouveau cimetière à l'entrée de la ville, seuls les membres des familles qui possèdent déjà un caveau au Vil peuvent encore s'y faire inhumer. l'an dernier, deux enterrements y ont eu lieu, contre 45 dans le nouveau cimetière. «,Mais forcément, le Vil est moins entretenu, mais c'est logique puisqu'on incite les familles à ne plus y enterrer leurs défunts !» s'exclame Pierre Cuzon, historien local

    La municipalité a même entrepris de faire déplacer certains caveaux vers le nouveau cimetière... avec plus ou moins de délicatesse, comme en témoignent quelques ossements humains laissés à terre.

    Un « outrage », pour Renaud d'Herbais, qui, comme toute sa famille depuis des siècles, est né sur ce bout de Bretagne, et qui entend bien, comme ses ancêtres, y connaître le repos éternel. « Dans cette tombe repose François-Xavier d'Herbais, né en 1735, explique-t-il. Il a eu le bras emporté par un boulet lors de la guerre d'indépendance américaine! Dans celle-là, on trouve ma tante Marie, Mimi dans la Résistance, décorée par le général de Gaulle. »

    Les d'Herbais ne sont pas les seuls illustres « résidents » du Vil. La tombe d'un pilote néo-zélandais, Frank William Stout, « mort en mer pour la cause des Alliés le 18 juin 1944 », est inscrite au recensement des tombes du Commonwealth.

    Un peu plus loin, six caveaux de 1905 perpétuent la mémoire du naufrage du « Hilda », qui transportait plusieurs dizaines de « Johnnies », ces paysans finistériens pauvres qui chaque année à l'automne partaient vers l'Angletetre vendre leurs oignons.

    «On ne peut pas se résoudre à balayer tout ça, sous prétexte que le lieu serait devenu dangereux », tranche Pierre Cuzon.

    Comme une centaine d'habitants, il a adhéré à l'Association de défense du cimetière du Vil, dont les membres sont allés plaider la cause, en septembre, devant la justice.

    ANNE-CÉCILE JUILLET

    mercredi 22 septembre 2010

    La mémoire menacée des cimetières

    Le constat d'abandon ne serait-il pas une procédure discutable ?


    Régulièrement, dans les villes et les villages de France, comme actuellement à Arnay-le-Duc (Côte d'Or), on peut voir, à l'entrée de la mairie et sur la porte du cimetière, une affiche indiquant que la municipalité va procéder à un constat d'abandon de certaines sépultures. Ces affiches sont destinées à informer les familles et à leur permettre de réagir avant la destruction des tombes.
    La procédure est manifestement inadaptée aux conditions de vie actuelles. La dispersion, l'éloignement d'héritiers qui ne viennent que rarement ne leur permettent pas d'avoir connaissance en temps utile des affiches apposées sur place. Ce genre d'annonce est donc généralement le prélude à la disparition de tombes anciennes alors même que, parfois, il y a encore des familles. Les ossements sont alors transférés dans un ossuaire et les monuments détruits.
    Les justifications données sont le manque de place (argument souvent discutable et qui le sera de plus en plus avec le développement de la crémation) et le défaut d'entretien des sépultures (même si elles ne menacent pas ruine et ne constituent pas un danger). Les concessions dites perpétuelles ne sont pas à l'abri : une loi de 1924, ayant instauré une perpétuité relative, permet de les reprendre si elles ne sont plus entretenues.

    La destruction des tombes, une expérience traumatisante pour les familles

    Quiconque a fait l'expérience d'arriver, un jour de Toussaint, dans un cimetière de campagne et de constater soudain la disparition de la tombe qu'il était venu fleurir en ressent un traumatisme qu'il n'oubliera jamais. Exemple parmi d'autres, en novembre 2009, on a pu lire dans la presse que, dans tel village du Jura, des tombes ont été supprimées sans l'avis des familles, dont certaines envisagent de porter plainte pour violation de sépulture. De telles affaires peuvent heurter les sensibilités. Elles posent les questions du respect des morts, du sens des rites funéraires, des valeurs d'une collectivité.

    Un patrimoine à part entière

    Par ailleurs, le patrimoine que constitue l'ensemble des tombes d'un cimetière, qu'il s'agisse des monuments eux-mêmes ou des objets (croix, grilles, plaques, statues...) qui les ornent, n'intéresse pas seulement les proches des défunts. Au-delà de la valeur muséale et artistique, souvent méconnue, de certaines de ces œuvres, ce patrimoine est porteur de mémoire familiale, régionale, nationale, voire universelle. Il a une signification qui intéresse non seulement chacun d'entre nous, mais l'humanité entière ; ce que n'aurait sans doute pas démenti Claude Lévi-Strauss, qui vient de rejoindre le petit cimetière de Lignerolles, en Côte d'Or.
    Les tombeaux n'appartiennent pas seulement aux familles. Ils n'appartiennent pas, non plus, aux mairies. Ils sont un patrimoine commun, aujourd'hui menacé. Sa protection est l'affaire de tous

    Source :: 27 nov. 2009 - Didier Godard

    mardi 21 septembre 2010

    Cimetière marin de Roscoff : patrimoine sensible

    Ouest-France - Finistère - mardi 21 septembre 2010



    Opposée à la fermeture du cimetière marin de Roscoff, et dans l'attente du délibéré, par le tribunal administratif, le 14 octobre, d'un jugement suite à un référé pour contester une décision municipale de décembre 2009 portant interdiction de procéder à des sépultures dans ce cimetière, l'association roscovite « Cimetière du Vil » a considéré, samedi, que le moment était propice pour faire des visites commentées et guidées du cimetière, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine.
    « Ce cimetière fait partie du patrimoine de la ville de Roscoff, il mérite toute attention. Ces Journées du patrimoine sont l'occasion de mettre en avant le patrimoine. Nous le faisons » indiquait Gérard Lot, président de l'association, présent au cimetière, samedi.
    Il a aussi indiqué tout le travail effectué depuis décembre 2009 par l'association, notamment une recherche, à partir des noms portés sur le mémorial du cimetière, des lieux où sont tombés des Roscovites pour la France.
    Ainsi, pendant la guerre 14-18, cent cinquante-huit Roscovites sont morts au front.
    « En fermant le cimetière voudrait-on les oublier ? ».



    vendredi 17 septembre 2010

    Journées du patrimoine 2010 - Visite du Cimetière du Vil


    " Le Cimetière du Vil fait partie du patrimoine
    de la ville de Roscoff.

    Des membres de l'association "Cimetière du Vil"
    seront présents au cimetière
    ce samedi 18 septembre de 14 h 00 à 17 h 00,
    pour accueillir des visiteurs.

    Ils se mettront à leur disposition
    pour la visite du cimetière,
    pour évoquer son histoire
    et sa situation actuelle.

    Le président Gérard LOT"

    jeudi 9 septembre 2010

    Recours au tribunal administratif de Rennes-9 septembre 2010

    Article de presse - Le Télégramme du 9 septembre 2010


    L'Association de défense des sites de Roscoff et Renaud d'Herbais, à titre personnel, avaient déposé un recours au tribunal administratif de Rennes contre la décision du conseil municipal concernant la fermeture du cimetière du Vil.


    L'audience a été fixée au 16 septembre, à 14 h 00.
    • Une délégation de représentants de l'ASSR a décidé d'y assister.
    • Un départ en covoiturage est prévu; départ à 09 h 00 de la place de l'Église (à Roscoff).
    • Contact Renaud d'Herbais, tél.09.79.29.16.99.

    jeudi 26 août 2010

    Août 2010 - Plus de 1.000 personnes reposent au Cimetière du Vil


    Version imprimable en 3 pages (format PDF)

    Enquête
    sur le Cimetière du Vil
    Août 2010


    Parmi les objectifs choisis par l’Association du Cimetière du Vil, il y a un volet historique.
    Dans ce cadre, un état des lieux de la totalité des tombes présentes (actuellement 322) vient d’être réalisé en deux phases :
    · La constitution d’un album de photos de la totalité des tombes
    · Le recueil de toutes les inscriptions lisibles sur ces tombes.
    Ce travail réalisé, permet :
    • D’être un observatoire du cimetière. C’est ainsi que l’on a pu observer que trois tombes ont disparu depuis le début du mois d’août 2010.
    • C’est aussi un outil de recherche pour les familles. Le répertoire par ordre alphabétique nous permet d’informer, en privé, les familles sur l’emplacement des tombes. Parmi la totalité des tombes, 62 font l’objet d’une recherche d’information par la Ville (pose d’un panneau auprès de la tombe).
    • Si vous disposez d’informations sur les tombes, nous vous invitons à nous les transmettre, pour compléter notre étude.
    • L’analyse des informations inscrites sur les tombes permet d’évoquer le souvenir des défunts qui y reposent (Date de naissance, date de décès, âge, profession, etc…).
    Par nature, ces informations sont incomplètes. Elles proviennent uniquement des informations lisibles sur les tombes.
    Quelques tombes :
    • ne contiennent aucune information (23)
    • contiennent des informations illisibles - totalement (6 tombes) ou partiellement
    • ou encore ne donnent que le nom de famille (166), sans précisions sur l’identité ni le nombre de personnes inhumées dans la tombe.
    Cependant, l’identité de 930 personnes est relevée.
    Compte-tenu des tombes n’indiquant pas le nombre de personnes, il est probable que le cimetière accueille plus de mille défunts.



    Quelques chiffres :
    · Morts pour la France 23
    · Bénéficiaires de la Légion d’Honneur 16
    · Médailles militaires ou civiles 8

    Professions – 86

    Militaires 30

    • 1er Maître de la Marine / 1
    • 1er Maître Fourrier / 1
    • Adjudant / 1
    • Adjudant Chef Pilote / 1
    • Adjudant Principal / 1
    • Aviateur Nouvelle-Zélande / 1
    • Capitaine / 2
    • Capitaine de Frégate / 2
    • Capitaine de Réserve / 1
    • Capitaine de Vaisseau / 1
    • Commandant d'Armement / 1
    • Commandant de Marine / 1
    • Commissaire de la Marine / 1
    • Contre-Amiral / 2
    • Ingénieur Mécanicien Principal / 1
    • Lieutenant / 1
    • Lieutenant de Vaisseau / 2
    • Lieutenant "Tirailleurs algériens" / 1
    • Maître canonnier / 1
    • Marin d’État / 1
    • Médecin Capitaine des Troupes Coloniales / 1
    • Second-maître de réserve / 1
    • Sergent / 2
    • Sergent Major / 1
    • Soldat / 1
    Marins de commerce ou de pêche / 10
    • Capitaine au long cours / 6
    • Gardien de batterie
      au Fort de Bloscon / 1
    • Marin / 1
    • Maître du port / 1
    • Marin pêcheur / 1

    Autres 46

    • Maire de Roscoff / 3
    • Johnnies / 18
    • Docteur en médecine / 2
    • Prêtre / 7
    • Enseignant - Instituteur / 4
    • Artiste peintre / 2
    • Algologue / 1
    • Directeur de la Station Biologique / 1
    • Marin - Station zoologique / 1
    • Patron des Douanes / 1
    • Pdt de la Chambre de Commerce / 1
    • Adm. Mutuelle Minist.Justice / 1
    • Administrateur des Colonies / 1
    • Secrétaire de mairie / 1
    • Contrôleur des Douanes / 2

    Age

    0 à 9 ans / 23
    10 à 19 ans / 23
    20 à 29 ans / 55

    30 à 39 ans / 55
    40 à 49 ans / 47
    50 à 59 ans / 40
    60 à 69 ans / 93
    70 à 79 ans / 98
    80 à 89 ans / 124
    90 à 99 ans / 124
    100 ans et plus / 2

    Date de naissance

    Le doyen est né en 1762

    · 1760 à 1769 / 1
    · 1770 à 1779 / 2
    · 1780 à 1789 / 1
    · 1790 à 1799 / 2
    · 1800 à 1809 / 10
    · 1810 à 1819 / 10
    · 1820 à 1829 / 15
    · 1830 à 1839 / 37
    · 1840 à 1849 / 43
    · 1850 à 1859 / 50
    · 1860 à 1869 / 77
    · 1870 à 1879 / 86
    · 1880 à 1889 / 97
    · 1890 à 1899 / 80
    · 1900 à 1909 / 49
    · 1910 à 1919 / 40
    · 1920 à 1929 / 25
    · 1930 à 1939 / 10
    · 1940 à 1949 / 7
    · 1950 à 1959 / 5
    · 1960 à 1969 / 0
    · 1970 à 1979 / 2
    * 1980 à 1989 / 0
    * 1990 à 1999 / 1

    Date de décès

    · 1820 à 1829 / 1
    · 1830 à 1839 / 4
    · 1840 à 1849 / 2
    · 1850 à 1859 / 3
    · 1860 à 1869 / 3
    · 1870 à 1879 / 18
    · 1880 à 1889 / 29
    · 1890 à 1899 / 46
    · 1900 à 1909 / 61
    · 1910 à 1919 / 83
    · 1920 à 1929 / 59
    · 1930 à 1939 / 63
    · 1940 à 1949 / 67
    · 1950 à 1959 / 71
    · 1960 à 1969 / 77
    · 1970 à 1979 / 58
    · 1980 à 1989 / 26
    · 1990 à 1999 / 8
    · 2000 à 2009 / 12, dont,
    * 2000 - 1
    * 2001 - 0
    * 2002 - 2
    * 2003 - 2
    * 2004 - 0
    * 2005 - 3
    * 2006 - 0
    * 2007 - 2
    * 2008 - 1
    * 2009 - 2
    • 2010 / 0

    Noms de famille
    Patronyme
    CREIGNOU
    Nbre
    43
    Patronyme
    CAROFF
    Nbre
    8
    Patronyme
    BAGOT
    Nbre
    5

    GUIVARCH
    30
    CHAPALAIN
    8
    BERTEVAS
    5

    DANIELOU
    23
    GUYET
    8
    BOYN
    5


    CABIOCH
    22
    JACOB
    8
    D'HERBAIS
    5

    CORRE
    22
    KERBIRIOU
    8
    FALLAGUE
    5

    QUEMENER
    20
    KERLEGUER
    8
    FOUSTOUL
    5


    TANGUY
    17
    LE MAT
    8
    GUEGUEN
    5

    GUYADER
    15
    PERON
    8
    JACQ
    5

    LE GUERCH
    15
    COEFF
    7
    OULHEN
    5

    CASTEL
    13
    GUILLERM
    7
    PICHON
    5

    CREACH
    13
    MIRONNET
    7
    QUEMENEUR
    5

    ROIGNANT
    13
    NICOL
    7
    TETARD
    5

    LAHALLE
    11
    SALAUN
    7
    BRANELLEC
    4

    MEURZEC
    10
    BEAUMIN
    6
    DE COTIGNON
    4

    RIOU
    10
    JORDE
    6
    GUENA
    4

    SEITE
    10
    LE GAC
    6
    LE BARS
    4

    MOAL
    9
    LE ROUX
    6
    LE CABON
    4

    PRIGENT
    9
    MANACH
    6
    LE GAD
    4





    OLLIVIER
    6
    MAZE
    4





    ROLLAND
    6
    MENUT
    4









    MONFORT
    4









    PAGE
    4









    QUEMENT
    4

    Autres patronymes

    • Inscrits - 3 fois - 33
    • Inscrits - 2 fois - 43
    • Inscrits - 1 fois - 181



    Téléphone : 02 98 69 71 10. - Email : cimetièreduvil@gmail.com - Blog : http://cimetiereduvil.blogspot.com/